Toutes mes colombes sont logées par couple dans des volières de 1,20 m de largeur, 3,00 m de longueur et de 2,00 à 2,35 m de hauteur.

Le sol est cimenté recouvert d'aiguilles de pin, la toiture est composée d'1/3  de panneaux isolants opaques et 2/3 de glace de 10 avec débord de 0,80 m formant auvent. Une rampe de brumisateurs diffuse une pluie fine lors des périodes sèches et chaudes. Un mur végétal de chèvrefeuilles forme un couloir sous l'auvent et tranquillise les colombes.

L'hiver, les volières ne sont pas chauffées, la façade est fermée par des châssis alu + vitrage isolant. De ce fait, je maintiens une différence de température par rapport à l'extérieur. L'été, la façade est entièrement ouverte. Je possède deux couples depuis octobre 2006 et en captivité, la tourterelle à poitrine rose se comporte bien, il n'y a pas d'agressivité excessive dans le couple.

Elles se nourrissent d'un bon mélange de graines, que je confectionne moi-même, de granulés P40 et de vers de farine dont elles raffolent, une quinzaine par couple par semaine.

Je mets à leur disposition un nid carré en contreplaqué de 180 mm de base, 150 mm de hauteur et à 1,80 m du sol avec une branche feuillue pour leur tranquillité. Dans ce nid, je dépose 15 mm de sable fin, 40 mm d'aiguilles de pin non tassées, je jette dans la volière des brindilles qu'elles déposeront dans la boîte. A remarquer que l'un des couples remplit le nid à ras bord et l'autre 100 mm plus haut et il est très stable. La parade se fait sur un perchoir, le mâle fait des courbettes en hérissant les plumes du cou et en émettant un grognement (comme les pigeons).

Deux œufs blancs sont pondus et couvés assidûment pendant 15/16 jours. Les jeunes restent au nid 17/18 jours. Ils sont de couleur gris terne. A la sortie du nid ils sont très toniques et sont sevrés à 33 jours. J'ai remarqué que les jeunes mâles prennent leurs tâches alaires plus rapidement que les jeunes femelles. Ce fut confirmé par les tests ADN. Il faut enlever les jeunes de la volière dès que les parents manifestent l'intention de nicher à nouveau. Je les bague Æ 6 à 9 jours environ lorsqu'il n'y a pas de parents sur le nid.

Certains jeunes se laissent tomber du nid alors qu'ils sont totalement incapables de voleter. Cela est arrivé à trois reprises, j'ai remis les oisillons dans le nid sans problème par la suite. Est-ce ma présence qui les inquiétait ?

Ce sont donc des tourterelles agréables en volière, ayant une belle allure avec ce plumage bien lisse aux couleurs sombres. Elles s'habituent rapidement aux allées et venues du soigneur dans la volière, couvent et élèvent sans difficultés 4/6 jeunes à l'année.

Elles ne sont pas encore très courantes dans les volières françaises, mais au vu de leur rusticité, il n'y aura pas de problème pour les conserver.

Haut de page

Les anglais l'appellent « Tourterelle sombre » (DUSKY TURTLE DOVE)

Il fallait avoir une bonne dose d'imagination pour l'appeler « à poitrine rose » !

La couleur générale est gris bleuté, les plumes du dessus du corps et des ailes sont bordées d'un gris très pâle donnant un aspect d'écailles, les ailes ont 5/6 taches couleur châtain/orange du plus bel effet .La tête et le dessous du corps sont plus clairs, la poitrine a un léger voile lilas très pâle et de chaque côté du cou, il y a une tache noire à la place du traditionnel collier de Streptopélia. Le bec est noir et les pattes sont rougeâtres.

La femelle est de même couleur que le mâle mais est plus petite. Cela se voit bien dans un groupe mais oiseau par oiseau ce n'est pas évident. Un ami éleveur me dit que le mâle a la tête et le ventre d'un gris / bleu plus soutenu ... !

Pendant plusieurs mois, j'ai cru avoir un couple car la supposée femelle avait un cercle orbital très fin donc moins charnu (un peu comme les colombes diamant). Après un test ADN, il s'est avéré que c'étaient deux mâles.

Leur chant ressemble quelque peu à celui du pigeon ramier.

Ces tourterelles vivent en Afrique de l’Est. La zone d’habitat s’étend du lac Malawi jusqu’au Yemen en passant par la Tanzanie, l’Ouganda, l’Ouest du Kenya, l’Est du Soudan et l’Ethiopie. A noter que cet habitat est scindé en 6 / 7 zones non contiguës.

L’on y associe souvent une autre espèce : S.Hypopyrrha (tourterelle de l’Adamoua) bien qu’elle soit différente. S.Hypopyrrha est plus colorée, sans les taches. S.Hypopyrrha est plus colorée, sans les tâches claires, poitrine et tête plus claires et ventre rougeâtre. Elle ressemble à notre tourterelle des bois.Le chant est différent. S.Hypopyrrha habite l'Ouest de l'Afrique en deux zones réparties sur le Cameroun, le Tchad et Centre Afrique. Elle est très rare dans les volières, voirer inexistantes. Je connais un éleveur qui possède deux mâles... !


Cliquer sur l'image pour l'agrandir

 


Tourterelle à poitrine rose

Streptopélia Lugens

Pas de sous-espèces


Cliquer sur la photo pour l'agrandir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Expérience d'élevage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le tourterelle à poitrine rose
Jean-Paul Olivier